League of Legends
League of Legends
World

LoL Worlds 2018 : Quel bilan après les quarts ?

LoL Worlds 2018 : Quel bilan après les quarts ?
Les faillites coréennes et taïwanaises, la réussite historique des équipes occidentales, les favoris à la ramasse, la phase de groupe et les quarts de finale des championnats du monde de League of Legends ont offert leur lot de storylines bien différentes de la finale promise entre RNG et KT Rolster avant l'événement. Faisons le bilan.

Taïwan : Flash Wolves, les 0-12 et les Play-in

44424611495_db3a99649c_k.jpg

La pire performance jamais livrée par une région majeure aux Championnats du Monde. Taïwan se passerait bien de ce record. Considérée déjà avant les Worlds comme "Flash Wolves et les autres" depuis la faillite totale de ahq, Taïwan a réussi à quand même décevoir. Face à Afreeca Freecs, G2 Esports et Phong Vu Buffalo, Flash Wolves partait favori après un MSI convaincant. Phong Vu a finalement servi d'arbitre et les Flash Wolves a péché par orgueil en laissant le Heimerdinger de Hjarnan ouvert et fait face à une grosse désillusion. Les autres équipes taïwanaises n'accrocheront aucune victoire en 12 parties. Ce qui repose la question des trois seeds offertes aux équipes taïwanaises, du manque de représentation des équipes ayant participé aux play-in malgré des Gambit qui ont forcé Cloud 9 à une game 5. Entre ça et les performances très moyennes des équipes qualifiées aux Points de Championnat, Riot Games aura probablement à revoir un peu sa copie pour rendre les prochains Worlds plus compétitifs et inclusifs.

Corée : la faillite

44551832565_9fdb7dbcc5_k.jpg

Il y a peu de mots pour décrire le tremblement de terre arrivé en Corée, à domicile, après les quarts de finales. Après avoir régné pendant 6 ans sans aucun partage sur la scène mondiale de League of Legends, la Corée a montré un visage extrêmement pâle en 2018. Dominants dans les métas orientées macro et conservatrices, les équipes coréennes ont été incapables de s'adapter aux équipes occidentales dont le style ultra-agressif trouve enfin un écho favorable dans la méta actuelle et semblaient pour la première fois depuis des années avoir un train de retard. Après six finales et cinq titres consécutifs, aucune équipe coréenne ne sera en demi-finale. Une humiliation pour le pays du matin calme. Les all-stars votées juste après les quarts ont désignées Faker et Bang de SKT comme leurs joueurs préférés, malgré leur saison ratée. Comme une deuxième mandale pour les défaits à domicile. Nul doute que le shuffle de roster post-Worlds sera d'un niveau au moins aussi important que ceux post-International de Dota 2.

Cloud 9 et les restes des LCS NA

30525891837_01e6655b5d_k.jpg

On le disait dans le paragraphe d'avant, les équipes occidentales ont enfin pu imposer leur style de jeu. Et gagner. C'était sans compter sur Team Liquid et 100 Thieves. Le premier, porteur de tous les espoirs d'une renaissance des NA sur la scène internationale après une domination sans partage sur les LCS, timoré, dépassé par EDG et KT Rolster avant que les deux ne se fassent éliminer en quarts, aura été trop conservateur et incapable d'élever le niveau. Le deuxième, dont on doutait déjà du niveau avant le début des Worlds et de la justification de la qualification aux points de championnat aura fait pâle figure. Écrasé par Fnatic et IG, il ne devra ses deux victoires, comme Team Liquid qu'à la faiblesse des équipes taïwanaises. Par contre, que dire de Cloud 9 ? L'histoire magnifique continue et à force d'entendre qu'ils étaient bons derniers en semaine trois des LCS NA, mais en finale de LCS, mais vainqueurs des finales et donc aux Worlds, mais sortis de groupes on finirait presque par se lasser. Mais bon, il reste que la bande de Sneaky est en demi-finale, ce qui n'était pas arrivé à une équipe nord-américaine depuis 2011. Historique et il reste un bout d'histoire à écrire face à Fnatic.

Fnatic est.... favori au titre ?

30528725357_07c3edadc9_k.jpg

Après la chute de toutes les équipes coréennes et de Royal Never Give Up, Fnatic se retrouve avec le manteau de favori. Un manteau, fatal à KT Rolster, RNG et les équipes coréennes en général,  que Fnatic est loin de ne pas avoir mérité. Après avoir montré dans deux games à sens unique face à iG la possibilité de vaincre en Bo5, Fnatic s'est livré à un exercice de style face à EDG. Caps et Rekkles sont en pleine forme, la flexibilité en toplane a payé ses fruits et Broxah dans la jungle s'est montré plus qu'à la hauteur de l'événement. Attention tout de même à des Cloud 9 sur un nuage, un titre historique est au bout du chemin, mais rien n'est fait et si ces Worlds ont montré quelque chose, c'est que les pronostics ne veulent plus rien dire.